Suivez nous sur Facebook
Suivez nous sur Twitter

Mardi 22 octobre : thématiques

Socio-économie et AMP

Les AMP doivent tenir compte des besoins et des spécificités culturelles de leurs populations humaines et de leurs usagers, qu’ils agissent dans un cadre professionnel ou non. C’est une affaire de principe et d’efficacité. En principe, l’approche écosystémique prend en compte les humains, dans leur diversité, comme faisant partie intégrante des écosystèmes. En pratique, les communautés locales doivent s’approprier les objectifs de gestion des AMP. Pour accroître leur participation, il convient de reconnaître la pleine valeur de leurs connaissances empiriques. Notamment, la science participative a le vent en poupe et constitue une manière intéressante de collecter des données tout en favorisant l’implication du public et en le sensibilisant.

Patrimoines et perspectives culturels et traditionnels [2H]

Connaissances et valeurs traditionnelles, sites sacrés et religieux, usages ancestraux : tout ceci peut apporter une contribution essentielle à la gestion et à la planification des AMP.

Services écosystémiques [2I]

Les bénéfices de l’approche écosystémique sont largement reconnus pour la conservation et la gestion dynamique d’environnements côtiers et marins. Le concept de services écosystémiques apporte une aide cruciale à la prise de décisions. Les écosystèmes marins et les AMP elles-mêmes peuvent être évalués par le biais d’études coûts/bénéfices, parmi d’autres méthodes à définir et évaluer. Cette étape franchie, il reste à communiquer leur valeur aux parties prenantes et à définir des mécanismes de compensation.

Approches participatives [2J]

Les sciences sociales jouent un rôle croissant dans l’étude, la création et l’organisation des AMP. La géographie permet de prendre du recul et d’envisager les problématiques à des échelles adaptées à la conception et à la gestion des AMP. Les paysages marins constituent un domaine d’étude émergent, avec des perspectives encourageantes. La sociologie et l’anthropologie interagissent avec la définition même des AMP, pour les rendre à la fois plus efficaces et plus respectueuses des populations humaines. Cette partie du programme met donc en avant les communautés locales, en tant qu’acteurs essentiels de la création et de la gestion des AMP, mobilisables par le biais de consultations et d’un gouvernement participatif. Leur implication permet de prendre en compte les pratiques ancestrales d’exploitation des ressources locales et régionales, ainsi que les lois coutumières et les systèmes de gestion autochtones.

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter