Suivez nous sur Facebook
Suivez nous sur Twitter

Historique

La France accueille la 3e édition du Congrès international des aires marines protégées, après l’Australie en 2005 et les États-Unis en 2009.

En Octobre 2005, le Parc marin de la Grande Barrière de corail et Parks Victoria inauguraient à Geelong, en Australie, la toute première conférence internationale sur les aires marines protégées (AMP). Il s’agissait de définir les différentes catégories d’AMP et de dresser un état des lieux des écosystèmes marins.

Puis en 2009, IMPAC2 a été organisé à Washington, D.C., par l’agence américaine des sanctuaires marins nationaux, la National Oceanic and Atmospheric Agency et son Office of National Marine Sanctuaries (NOAA-ONMS). Cette deuxième édition témoignait du rôle croissant des agences publiques dans la création et la gestion des AMP.

Aujourd’hui, c’est en France que l’Agences des aires marines protégées a été missionnée par le Ministère de l’écologie et du développement durable pour organiser la nouvelle édition, conjointement avec l'IUCN, sur deux sites emblématiques de Méditerranée : Marseille et la Corse.

IMPAC3 ambitionne d’impliquer tous les acteurs de la mer, au-delà du cercle des gestionnaires d’aires marines protégées. L’objectif de protéger 10 pour cent des océans d’ici 2020, comme le demande la Conférence sur la diversité biologique (CDB), requiert un effort international et transsectoriel.

 

IMPAC1 (Geelong, Australia, 2005)

impac1 geelong jon day 571x380  impac1 geelong musiciens aborigenes gbrmpa parks victoria 569x380 
Jon Day, Coordinateur pour IMPAC1, à Geelong, Australie, octobre 2005. © GBRMPA - Parks Victoria
Musiciens aborigènes à l’ouverture d’IMPAC1, Geelong. © GBRMPA - Parks Victoria

IMPAC2 (Washington, D.C., 2009)

stand IMPAC2 NOAA 567x380  impac2 washington passage flambeau impac3 noaa 567x380 
Stand de la NOAA à IMPAC1, Washington, D.C., mai 2009. © NOAA
Passage du flambeau entre IMPAC2 et IMPAC3, Washington, D.C., mai 2009. © NOAA
Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter