Suivez nous sur Facebook
Suivez nous sur Twitter

Dernières infos

Dernier rapport de l'IPSO: menace encore plus pressante que prévue sur les océans

Un comité international de spécialistes des environnements marins, dont des experts de l'UICN, révèle que l'altération des océans due aux activités humaines est encore plus rapide et profonde qu'on le croyait jusqu'ici. Ils réclament des mesures urgentes pour freiner la dégradation des océans.

La dernière étude du Programme international sur l'état des océans (IPSO - Analyse scientifique de l'UICN sur les pressions anthropiques pesant sur l'océan) va au-delà des conclusions livrées fin septembre par le Groupe d'experts des Nations Unies sur le climat (GIEC), selon lesquelles les océans absorbent une large part du réchauffement de l'atmosphère, ainsi que des niveaux jamais observés de dioxide de carbone.

 L'étude tire l'alarme sur le fait que l'absorption de CO2 s'ajoute aux pollutions chimiques, à la surpêche et à la baisse du taux d'oxygène dissous dans les océans, causée par le changemement climatique et les rejets azotés. Ces facteurs combinés "compromettent la capacité des océans à soutenir la vie sur Terre", selon le professeur Alex Rogers (Somerville College, Université d'Oxford), directeur scientifique de l'IPSO.

Dan Laffoley, de l'UICN-CMAP, ajoute : "Ces derniers rapports montrent sans aucun doute possible qu'attendre davantage pour agir nous coûtera cher et entraînera des pertes toujours plus grandes, peut-être même irréversibles. Le rapport des Nations Unies a confirmé que l'océan paie le plus lourd tribut aux changements que l'homme inflige à la planète. Cette nouvelle étude renforce nos craintes, mais nous fournit aussi un programme d'action. Nous devons en faire bon usage."

Article complet (en anglais) >>

Submit to FacebookSubmit to Google BookmarksSubmit to Twitter